L’importance de travailler sur la base d’un projet de travail défini, dans lequel rien n’est laissé au hasard. La construction à ossature métallique offre des avantages substantiels par rapport à la construction humide, mais nécessite également une approche différente.

Manque d’informations : la base des litiges au chantier

De nombreuses questions sont laissées à la “définition sur place”. Cela s’explique par le fait que le client ne définit souvent pas ses besoins, que le professionnel ne peut pas réaliser un projet spécifique, et que cela se répercute sur le chantier, où de nombreux problèmes sont définis, avec les renversements et les changements à la volée qui en découlent, qui génèrent des retards, des syndicats qui ne peuvent pas avancer et doivent se retirer du travail, etc. En bref, cela se traduit par des coûts plus élevés pour le propriétaire, car la charpente métallique nécessite un projet défini dans les moindres détails.

Les niveaux de plancher finis doivent être définis, ce qui implique que les matériaux du plancher, les dimensions et l’emplacement exacts des ouvertures, le niveau de plafond requis, etc. doivent également être définis. Dans un projet de charpente métallique, il est possible d’apporter des modifications “à la volée”, mais le client doit être conscient que ces modifications, en plus des coûts supplémentaires, entraîneront des retards par rapport au plan de travail initial.

La précision : caractéristique phare des charpentes métalliques

Les charpentes métalliques sont exactes, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de tolérance appréciable dans les mesures des panneaux, car seules des divergences de plus ou moins 1 mm sont autorisées. Cela semble impossible, mais on y parvient facilement en travaillant avec des profils dont les dimensions sont stables et les méthodes de coupe exactes, le point le plus critique étant le support des panneaux sur la plaque de fondation. Le point le plus critique est l’appui des panneaux sur la plaque de fondation, qui peut parfois glisser sans tenir compte de la surface d’appui des panneaux, ce qui entraîne une inégalité de 1 cm ou plus entre les différents points.

Des coûts théoriques et pratiques similaires

Le problème du manque de niveau doit être résolu en construisant des bandes de nivellement, en nivelant les tapis ou en posant des mortiers auto-nivelants. Si cela n’était pas prévu dans le projet, il est probable que les niveaux de plafond libre seront différents de ceux convenus. Cela génère une consommation plus importante de matériaux, ce qui entraîne des écarts de coûts. Dans la charpente métallique, cette possibilité n’existe pas, et les calculs de matériaux sont donc similaires à la consommation réelle, en bref : le temps investi dans le projet d’une charpente métallique est plus que récupéré pendant la phase de construction, ce qui réduit également les coûts par la réduction des déchets. C’est un élément dont il faut tenir compte lorsqu’on compare les coûts entre la construction en brique et la charpente en acier.